BricoParis.FR

 

Catégories

Fabricants

Choix de Produits


 

 

 

 

Quid du parquet verni ?


Un vernis sur le parquet est un film posé sur la surface du parquet, il ferme le bois, empêche les particules ou les liquides à pénétrer dans le bois, protège ainsi le parquet contre les attaques de la saleté et des chocs.

Il est résistant et très facile à entretenir. Il suffit de passer l’aspirateur et ensuite une serpillère bien essorée d’eau chaude.

Le parquet verni peut être rénové par un ponçage complet, use en générale 0,3mm d’épaisseur de bois par ponçage, et ensuite appliquer un vernis de votre choix.

Il existe des vernis d’aspect brillant, satiné ou mat.

Il est conseillé de coller des patins de feutre sous les pieds des chaises et tables.

Lorsque vous touchez le parquet verni, votre sensation du bois est très largement réduit par le film vernis. Plus le film est dur et épais, moins vous sentez le bois. Un vernis du type domestique est un bon compromis, un vernis du type traffic conviendra aux magasins ou salles des sports.

Un vernis UV est un vernis à application industrielle, polymérisé aux rayons ultra-violet.

Nos parquets vernis ont environ 115g/M2 des vernis UV, appliqués en 6 à 9 couches en fonction des chaines d’applications différentes.



Fiche pratique, le formol ou formaldéhyde




 Le formol ou formaldéhyde est un conservateur fréquent de notre environnement.

Il est présent dans les vêtements, shampooing,durcisseurs d'ongles, produits ménagers... mais de moins en moins dans les crèmes où il est remplacé fréquemment par d'autres substances chimiques (Quaternium, isothiazolinone...).

L'EDTA de qualité technique (présent dans les détergents, savons, shampooings, désinfectants et cuir) contient souvent du formol contrairement à l'EDTA des médicaments.


Le formaldéhyde est présent dans les substances suivantes (liste non exhaustive):  

   1. Produits cosmétiques: antiperspirants, dentifrices, déodorants, désinfectants, durcisseurs d'ongles, lotions pour le corps, produits pour le bain, savons, shampooings, vernis ongles.
   2. Produits ménagers détergents.
   3. Usage médical et paramédical: alcool dénaturé, bactéricides de dialyse rénale, compresses stériles, fixateurs histologiques (liquide de Bouin), fongicides, insecticides, pansements dentaires (Rockle's Solution), platres orthopédiques, vaccin antitétanique. Désinfection dentaire et conservation dentaire des plastiques; également utilisé en topique comme astringent, antimycosique, verrucide. Largement utilisé à l'hôpital comme désinfectant de surface.
   4. Usage vétérinaire: désinfectant et antimycosique.
   5. Industrie du médicament en intermédaire de synthèse ou comme tel.
   6. Industrie du papier: emballage des oranges, papiers pour ordinateurs, papiers braille, certains papiers toilette, vêtements en papier, serviettes et essuie-mains en papier.
   7. Industries et utilisation de peintures et d'encres d'imprimerie (conservateur)
   8. Industries des matières plastiques: résines (colle néoprène), latex, mélaminé...
   9. Industries textiles: agent défroissant, agent mordant pour les teintures, agent d'apprêt de certains textiles, agent servant de supports certains pigments sous forme de résines formolées (blue jean), blanchiment des textiles colorés, imperméabilisation de la laine
  10. Industries du cuir: blanchiment du cuir, conservation et tannage du cuir (peau de chamois, partie supérieure des chaussures)
  11. Industrie de la fourrure: conservateur
  12. Industrie alimentaire: désinfectant
  13. Désinfection des locaux: vêtements et matériaux divers (bouchers, boulangers, vétérinaires...)
  14. Bactéricides, fongicides et herbicides en horticulture et agriculture.
  15. Fixateurs et stabilisants en photographie
  16. Gaz d'échappement des moteurs diesels
  17. fumées produites par la combustion du bois, du charbon et du polyéthylène
  18. Raffinage de l'essence et des huiles
  19. Fabrication et utilisation de colles et d'adhésifs
  20. Fabrications et port de vêtements (blue jeans en particulier)
  21. Agent antimicrobien (colles, huiles de coupe, liquide de refroidissement, lubrifiants)
  22. Plaques pressées en mousse utilisées comme isolant dans l'industrie de la construction
  23. Conservateurs alimentaires: caviar et autres oeufs de poisson non fumés, certains fromages



Fiche sur Allergie par Dr Philippe Auriol sur le Site d'information sur les allergies et leurs mécanismes http://allergie.remede.org/index.html

 

 



Petit lexique du parquet


Lambourde :

    * La lambourde de parquet est une pièce en bois de grande longueur, de quelques centimètres de section, clouée ou vissée par dessus les solives composant le plancher, destinée à recevoir le parquet ou les dalles de plancher en bois aggloméré. En Suisse romande, ce terme est parfois utilisé par les charpentiers à la place de celui-ci, « liteau ».
    * La lambourde de plancher est une pièce en bois longue fixée le long du mur ou accrochée au long de la poutre porteuse intermédiaire, et qui supporte par dessous les extrémités des solives qui recevront le plancher.

Solive :

La Solive est une pièce de charpente qui soutient les planchers, et qui porte sur les murs ou sur les poutres.
     


Formaldéhyde :

Le formol ou formaldéhyde est un conservateur fréquent de notre environnement.

Les produits finaux des composants à base de bois collés (parquets contrecollés, bois lamellé collé, bois massifs reconstitués et poutres en « I ») sont soumis à des normes européennes harmonisées qui fixent des seuils d'émissions de formaldéhyde (classe E1 et classe E2) mesurées selon des normes d'essais également européennes (EN 717).

La colle ou le vernis, une fois durcie ne contienne plus que des traces de formaldéhyde libre.

 

 

 


C’est quoi le bois rétifié ?


Par Nathalie Soubiran - Photo : Retitech - Paru dans Maison Magazine de Mars / Avril 2008 - Mis à jour le 03/06/2008

Bois très résistant, alternative 100 % écologique aux bois tropicaux, le bois rétifié est particulièrement recommandé pour les terrasses et les pièces humides...
Qui a inventé le bois rétifié ?

Ce matériau a été découvert dans les années 1970, totalement par hasard. C’est en travaillant sur les carburants de substitution que René Guyonnet, professeur à l’école des Mines de Saint-Étienne, a découvert les qualités mécaniques du bois chauffé à très haute température. Il a ensuite fallu quinze ans pour mettre au point la rétification. Protégé par des brevets, le bois rétifié a été d’abord fabriqué par l’entreprise Now en 1999, puis par d’autres comme HTT et Retitech (Landes), Clémenson (Var) ou Rétibois (Loire). Depuis 2004, l’entreprise Retitech, qui a racheté les brevets, développe des applications pour la construction (bardage, fenêtres…), pour l’extérieur (terrasses, caillebotis…) ainsi que pour l’intérieur (parquets, escaliers…).
Une alternative aux bois tropicaux
Particulièrement recommandé en terrasse, le bois rétifié offre une alternative durable et 100 % écologique aux bois tropicaux. En photo : lames de terrasse Retiwood de Retitech


Comment le fabrique-t-on ?
Pour fabriquer du bois rétifié, les industriels utilisent différentes essences de bois de type feuillus (peuplier, hêtre et frêne) ou résineux (épicéa et pin). Dans un premier temps, le bois subit un séchage intense. Puis on procède à sa rétification (ce terme est la contraction de «réticuler», c’est-à-dire modifier les cellules, et de «torréfier», c’est-à-dire cuire) en le chauffant à très haute température (jusqu’à 240 °C) pendant 10 heures dans des fours spéciaux en atmosphère inerte, sans oxygène. Ce procédé opère une modification définitive dans la masse du bois. Enfin, on lui donne sa forme (lames, châssis de fenêtre…) en l’usinant.

Quels sont ses avantages ?

Après la rétification, le bois, qui ne contient plus que 4 % d’humidité (contre 12 % pour un bois non chauffé), devient extrêmement dur. Il affiche ainsi une stabilité dimensionnelle le rendant insensible aux agressions climatiques. De plus, la modification de sa composition (suppression des «sucres») lui permet de résister aux champignons et aux insectes. Il ne nécessite aucun entretien particulier puisqu’il est traité à coeur ! Autant d’atouts obtenus sans produits chimiques, qui en font un matériau de choix pour l’aménagement extérieur. Seuls bémols : sa rigidité le rend fragile et cassant, il doit donc être coupé et fixé avec précaution. Avec le temps, il devient également sensible aux ultraviolets et perd sa couleur chocolat pour devenir gris argent. Il peut alors rester tel quel ou être peint, lasuré, huilé…
Est-ce une alternative aux bois tropicaux ?

Alors que l’approvisionnement en bois tropicaux constitue aujourd’hui un problème économique mais surtout écologique, le bois rétifié présente de nombreux atouts : une esthétique proche du teck, des qualités en milieu humide, et un prix moins élevé. De plus, c’est un matériau 100 % naturel qui ne produit aucun élément nocif pour l’environnement. Il est fabriqué à partir d’essences locales et permet donc de limiter la pollution liée aux transports. Résultat : les industriels commencent à le décliner notamment sous forme de mobilier de jardin (comptoirs de bar, tables…). Il fait également son entrée dans les salles de bains (meubles, lavabos…) et les cuisines (plans de travail).
Quelles seront ses futures applications ?

À l’école des Mines, René Guyonnet, son inventeur, est en train de mettre au point des matériaux composites à partir de fibres de bois rétifié. L’objectif est, dans un avenir proche, de remplacer certains objets de la vie quotidienne en plastique avec ce matériau qui sera entièrement biodégradable.

 

 


Traitements thermiques du bois Rétification®

(Responsable : René GUYONNET)

Le bois présente de nombreux atouts : ses pouvoirs isolants, son esthétique, sa résistance... Le bois est à la fois un matériau économique, renouvelable, biodégradable et peu coûteux pendant sa mise en œuvre. Cependant, ce matériau est handicapé par son origine naturelle : ses dimensions changent sous l'effet de l'humidité et il est dégradé par les insectes et les moisissures. Ces inconvénients sont principalement surmontés par des traitements chimiques (imprégnation à la créosote ou au CCA, Chrome-Cuivre-Arsenic...) ou par l'importation d'essences réputées pour leur stabilité (western red cedar, teck ou d'autres bois tropicaux).

L'imprégnation chimique du bois soulèvent de plus en plus d'interrogations : les usines de traitements peuvent polluer les sols et l'incinération des bois imprégnés est pour le moins problématique (la seule unité française capable d'incinérer des résidus contenant des sels métalliques n'est pas opérationnelle)... D'autre part, l'importation de bois accroît les déficits de la filière et une exploitation irréfléchie des ressources tropicales peut conduire à la déforestation et au développement 'non-durable'.

D'où l'intérêt d'un traitement thermique soucieux de l'environnement (sans ajout de produits chimiques) qui valorise des essences très répandues en Europe (sapin, épicéa, pin maritime, hêtre, peuplier...). Ce procédé s'appelle la Rétification®. Il est développé par "l'École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne", en collaboration avec le propriétaire des licences et brevets "NOW S.A." et le constructeur "Fours & Brûleurs Rey".

http://www.emse.fr/spin/depscientifiques/PC2M/retification/index.html

 

 


Les Avantages du parquet

Pour sa durée de vie. On estime qu’un parquet traditionnel peut durer en moyenne 70 ans, on trouve encore souvent des parquets qui ont plus de 100 ans d’âge. Un simple ponçage suffit pour remettre à neuf le parquet, contrairement à beaucoup d’autres revêtements de sols, il faut les enlever et remplacer. Si on calcule son prix en fonction de sa durée d’usage, le parquet est aussi une solution très économique.

  • - Pour son entretien facile.
  • - Pour sa résistance à l’usure
  • - Pour ses qualités acoustiques
  • - Pour son équilibre thermique
  • - Pour son apport de confort
  • - Pour son aspect esthétique
  • - Pour un habitat sain
  • - Pour son cadre naturel
  • - Pour éviter d’électricité statique
  • - Pour son apport écologique

 

 

Usage et Classes de dureté des essences de bois

 

Selon la norme européenne EN 685, DTU 51 11 :

Classes de dureté des essences de bois :

Classe A : aulne, épicéa, pin sylvestre, sapin.
Classe B : bouleau, bossé, châtaigner, mélèze, merisier, noyer, pin maritime, sipo, teck.
Classe C : afrormasia, angélique, charme, chêne, érable, eucalyptus, frêne, hêtre iroko, makoré, moabi, movingui, orme.
Classe D : cabreuva, doussié, ipé, jatoba, merbau, wengé.


Définitions et exemples des classes d'usage.

21 : Usage domestique modéré. Zones de passage faible ou intermittent.
Ex : Maison individuelle sans accès sur l'extérieur, chambres, couloir.

22 : Usage domestique général. Zones de passage moyen.
Ex : Maison individuelle sans accès sur l'extérieur, séjours.

23 : Usage domestique élevé. Zones de passage intense.
Ex : Maison individuelle avec accès sur l'extérieur (hall d'entrée) ou avec usage professionnel. Chambres d'hôtel.

31 : Usage modéré en lieu public, administratif ou commercial avec zone de passage faible ou intermittent.
Ex : Bureau individuel.

32 : Usage général en lieu public, administratif ou commercial avec zones de passage moyen.
Ex : Bibliothèque, église, boutique à l'étage, salle de conférence.

33 : Usage élevé en lieu public, administratif ou commercial avec zones de passage intense.
Ex : Salle d'attente d'aéroport, salles de classe et boutiques avec accès direct sur l'extérieur. Discothèque hors la piste de danse, amphithéâtre, hall de réception à l'étage, bureau collectif, escaliers, locaux informatiques, archives.

34 : Usage très élevé en lieu public, administratif ou commercial avec zones de passage très intense.
Ex : Salle polyvalente, restaurant d'entreprise, musée, salle de réunion publique, magasins à rayons multiples à l'étage, pharmacie, journaux, tabac, hall de réception au rez-de-chaussée.

41 : Usage très élevé en lieu public, administratif, industriel ou commercial avec zones de passage très intense.
Ex : Circulation entre locaux techniques, hypermarchés, magasin à rayons multiples en rez-de-chaussée, cafétéria de grande surface, aérogare.


Epaisseur minimale du parement ou élément de parement (mm)

Classe essence de bois

Classe d'usage

2,5 mm à 3,2 mm

A
B
C
D

21
22
22
23

3,2 mm à 4,5 mm

A
B
C
D

21
23
32
33

4,5 mm à 7 mm

A
B
C
D

23
23
33
34

 

 

La définition du parquet :

Parquet est le terme réservé à tout revêtement de sol en bois ou a base de bois dont la couche d'usure (parement ou élément de parement) à au moins 2,5 mm d'épaisseur.

Il existe différents types de parquets.Il peut être en bois massif ou contrecollé (élément de parement en essence noble ou densifié sur sous-couche bois, médium ou aggloméré). Selon une étude menée par l'UFFEP auprès d'un échantillon représentatif de 250 distributeurs de parquets, 72 % d'entre eux estiment que la largeur de gamme proposée par les fabricants est leur premier point fort.

Jusqu'à ce jour essentiellement fabriqué en chêne (73%du marché français en 99), en hêtre ou châtaignier, les essences exotiques prennent une part de plus en plus importante (notamment dans les lieux publics), d'où une palette de couleurs très large allant de l'érable et du hêtre, du blanc au noir du wengé en passant par le rouge du padouk et autres bruns clairs ou foncés : le parquet est un revêtement de sol naturellement décoratif.

Les atouts essentiels des parquets de France sont l'Esthétique, l'Hygiène (produit naturel, qu'il soit verni ou non), la Longévité et le Prix attractif.

Source UFFEP.


AccueilAccueil

Panier

(vide)

Nouveaux produits

Pas de nouveau produit pour le moment

Google
free prestaphop templates free prestaphop templates